Jeudi Juillet 24 , 2014
Font Size
   

Celui qui contient sa colère

Savoir - Cours Video de Chaykh MouHammad Akhras

AddThis Social Bookmark Button
Serie: "Le saviez-vous?"
Cours video Islam de Chaykh Docteur MouHammad Akhras


   

Récit: L'oiseau qui s'est plaint au Prophète

Savoir - Islam: Cours et Conseils

AddThis Social Bookmark Button

L’association Savoir et Tolérance est heureuse de vous accompagner, durant ce mois de RamaDaan, avec un ensemble de récits concernant les prophètes, leurs miracles et leurs comportements. Nous souhaitons que la connaissance de ces hommes illustres et de leurs histoires soit une réjouissance pour les cœurs, un encouragement pour la piété et un moyen de se rapprocher de l’excellence de comportement.

En espérant vous être profitable, que Dieu agrée nos jeûnes et qu’Il nous accorde de profiter pleinement du mois béni de RamaDaan.

 

L’oiseau qui s’est plaint au Prophète

   

En un beau jour ensoleillé, le Messager de Allaah ﷺpartit en voyage avec certains de ses compagnons sur leurs chevaux. Ils discutaient entre eux et évoquaient Allaah ta3aalaa. Ce groupe inspirait le respect en raison de la présence du Messager de Allaah.

Le voyage se prolongea. Les compagnons honorables ressentirent la fatigue et demandèrent au Prophète ﷺ de se reposer un peu. Il les y autorisa 3alayhi s salaam.

Ils firent halte dans un endroit où il y avait des arbres pour profiter de l'ombre.

L'un des compagnons partit dans le bois pour chercher quelque chose à manger. Certains se dispersèrent pour aller dans la forêt. D'autres restèrent avec le Prophète ﷺ pour l'écouter et profiter de ses paroles.

Le compagnon qui était allé récupérer de quoi se nourrir revint avec deux petits oisillons d'un type qui s'appelle Al Hoummarah et qui ressemble également à l'oiseau dénommé Al Qoubbarah (l'alouette). Ces deux oisillons émettaient des sons légers.

Quelques instants plus tard, et avant qu'il ne reconnaisse le compagnon qui avait pris les deux petits, Al Hoummarah leur mère sortit en battant des ailes auprès de la tête du Messager de Allaah ﷺ. Elle allait et revenait en produisant des sons qui suscitèrent l'étonnement des compagnons, que Allaah les agrée.

Le Prophète ﷺ regarda vers ses compagnons et leur dit ce qui signifie : « Qui a fait peur à celle-ci pour ses deux petits ? » En effet, la Hoummarah s'était plainte de la perte de ses deux oisillons au Prophète et il avait compris d'elle ce qu'elle disait ! L'un des compagnons lui répondit : « C'est moi. » Alors le Prophète ﷺ dit ce qui signifie : « Rends-les-lui par miséricorde pour elle. » C'est ainsi qu'il les ramena à l'endroit où il les avait trouvés.

C'était là un miracle éminent qui s'était produit à notre Prophète MouHammadﷺ, semblable aux miracles de notre maître Soulaymaan, 3layhi s salaam, puisqu'il comprenait lui aussi le discours des oiseaux.

Ainsi, le Prophète ﷺ fit miséricorde à la Hoummarah et ordonna qu'on lui rende ses deux oisillons.

 


   

Récit: Celui qui fut surnommé "safiinah"

Savoir - Islam: Cours et Conseils

AddThis Social Bookmark Button

L’association Savoir et Tolérance est heureuse de vous accompagner, durant ce mois de RamaDaan, avec un ensemble de récits concernant les prophètes, leurs miracles et leurs comportements. Nous souhaitons que la connaissance de ces hommes illustres et de leurs histoires soit une réjouissance pour les cœurs, un encouragement pour la piété et un moyen de se rapprocher de l’excellence de comportement.

En espérant vous être profitable, que Dieu agrée nos jeûnes et qu’Il nous accorde de profiter pleinement du mois béni de RamaDaan.

 

Celui qui fut surnommé "safiinah"

Notre histoire aujourd’hui concerne l’un des serviteurs du Messager de Allaah qui s’appelait Mihraan.

Mihraan fut surnommé safiinah et il y a à cela une belle histoire que nous allons  ici raconter, et rappeler ce qu’elle comporte de faits extraordinaires. Le prophète et un groupe de ses compagnons honorés entreprirent un jour un voyage à pieds.

La plupart des compagnons portait chacun sur les épaules leurs effets. Lorsque le Messager vit sur eux la marque de la fatigue, il dit à son serviteur Mihraan ce qui a pour sens : « Etends donc ta cape », c'est-à-dire la pièce d’étoffe qui couvrait ses épaules. Celui-ci étendit par terre sa cape et le Prophète ordonna aux compagnons de déposer là-dessus leurs effets.
Ce qu’ils firent, sans savoir pourquoi. Après que les affaires furent toutes sur la cape de Mihraan, le Messager de Allaah ordonna à ses compagnons de nouer la cape et de déposer le tout sur les épaules de Mihraan.
Ils firent ce que le Prophète leur dit et le Messager souria. Il dit à Mihraan ce qui a pour sens : « porte cela, tu es une safiinah » c'est-à-dire une embarcation. Il se produisit alors un miracle pour notre Prophète élu, à savoir que la charge au-dessus de Mihraan fut extrêmement légère. Et Mihraan dit : « si j’avais porté sept fois comme ce que j’ai porté je n’aurais rien ressenti ».

A partir de ce moment-là, il fut appelé safiinah.

   

Page 1 sur 79

Каталог фаберлик
Ремонтненский район